Lettre ouverte d’un TZR à Mme l’Education Nationale

lundi 23 novembre 2009
par  SNES Aude
popularité : 1%

Madame l’Education Nationale,

Je tiens, avant toute chose, à vous remercier de l’intérêt que vous portez aux enseignants et de la gratitude dont vous avez fait preuve à mon égard.

En effet, j’ai été, jusqu’à août 2008, titulaire d’un poste de professeur d’espagnol, dans un collège de Charente Maritime et ce pendant 7 ans. Aujourd’hui encore, je suis émue lorsque je me remémore cette nuit d’août durant laquelle mon mari et moi avons pris la route vers l’ouest à bord de notre 4 L pleins d’espoir, un CAPES en poche, l’avenir devant nous.

C’est ainsi, donc, que je fis mes premiers pas de jeune professeur d’espagnol dans un charmant petit collège et que mon mari fit les siens dans les locaux de l’ANPE de La Rochelle. Après quelques années de petites galères, mais nous savons tous combien elles sont formatrices (mon mari fut au chômage pendant un an et demi) nous réussîmes à nous installer correctement dans notre nouvelle région tout en espérant avoir un jour ou l’autre une mutation qui nous permettrait de redescendre dans le sud. Mon mari a fini par trouver un travail, nous avons acheté une maison, avons eu deux enfants et nous nous sommes fait des amis.

Je dois reconnaître qu’au bout de sept ans nous nous étions embourbés dans le quotidien auquel aucun couple ne peut échapper : la routine. C’est à ce moment là, par un mercredi gris et froid de mars, que la providence par le biais de IPROF m’informa que ma mutation pour l’académie de Montpellier tant espérée depuis sept ans m’était accordée. Ce 18 mars 2008 a totalement bouleversé la routine dont je vous parlais précédemment et à ce jour je n’ai jamais plus revu son visage. C’est bien à vous, madame l’Education Nationale, à qui je dois cette nouvelle vie. Après un déménagement un peu chaotique et il faut bien le reconnaître assez onéreux, nous nous sommes installés sur Perpignan car mon mari avait trouvé un emploi dans cette ville. Certes, je fus un peu déçue lorsque j’appris fin août mon affectation sur Carcassonne mais je dois reconnaître que je fus également très honorée de me voir confier la mission de titulaire de zone de remplacement. Je n’étais plus qu’un simple professeur d’espagnol affecté sur un simple établissement, non, je devenais titulaire de toute une zone du département de l’Aude. J’ai donc fait ma rentrée dans un collège de Carcassonne dans lequel je n’avais pas de classe en Espagnol, cependant, le chef d’établissement m’a bien expliqué ma nouvelle mission et ce qu’il attendait exactement de moi. J’étais vraiment très excitée à l’idée de découvrir ce nouveau métier de documentaliste dont il m’avait tant vanté les mérites le jour de la pré-rentrée même si celui-ci s’est révélé très différent de l’idée que je m’en étais faite (couvrir des livres, garder des élèves, faire des photocopies).

Quelques semaines plus tard, je fus appelée pour un remplacement. Enfin !!! J’étais très heureuse de retrouver mes élèves et d’enseigner à nouveau l’espagnol. Cependant, je ne retrouvai pas réellement mes chers petits élèves puisqu’en fait une autre aventure se présentait à moi : le CASNAV. Il est vrai que dans un premier temps je n’ai pas bien saisi le nom de cet établissement, mais monsieur DPE m’a très bien expliqué que vous souhaitiez me confier une autre mission tout aussi passionnante que la première. Le CASNAV est un service académique qui accueille les nouveaux arrivants et les enfants du voyage.

Cette expérience passionnante m’a permis de découvrir un nouveau métier et j’admets qu’à présent « Excel » n’a plus aucun mystère pour moi. C’est un outil formidable qui aujourd’hui me permet de trier mes élèves par sexe, par âge, créer des tableaux statistiques pour comparer les niveaux des classes. Enfin bref, juste au moment où je commençais à devenir une vraie madame CASNAV, on m’a informée qu’une nouvelle mission m’était offerte.

A ce sujet, je tiens à vous raconter une petite anecdote : mon mari m’appelle à présent Nikita en hommage à l’héroïne du film de Luc Besson qui est un agent secret et qui comme moi se voit confier des missions dans différents coins du monde….. Je vous confirme : pfut, envolée la routine.

J’ai donc appris qu’un remplacement de prof d’espagnol jusqu’à la fin de l’année dans un collège ZEP de Carcassonne avec un complément de service dans une autre commune m’était proposé.

Mon seul regret à été de renoncer à mes trajets en train car, en effet pour des raisons économiques j’avais opté pour ce moyen de transport moins onéreux qu’un vieux Scénic pourri qui avale un plein d’essence tous les deux jours.

J’ai donc découvert les joies de l’internat. Quelle expérience formidable : repas à 18h30 avec des collègues certes un peu dépressifs mais très sympas, dodo à 21h00, douches collectives…. j’ai l’impression d’être en colonies de vacances et je peux vous assurer que grâce à vous, Madame, j’ai découvert des nuits de 10 heures.

Certes, mes enfants commencent à se poser quelques questions concernant mon apparition éclair tous les deux jours à la maison, (à ce sujet vous serait-il possible d’envoyer un courrier à mon fils ainé de cinq ans afin de lui certifier que ses parents ne sont pas en instance de divorce et une lettre explicative sur le métier de TZR car il ne démord pas que sa maman est à présent cheminot, secrétaire, commerciale et routière, merci !!!!) et mon mari (qui je le reconnais n’a pas toujours le sens de l’humour) n’a pas apprécié lorsque que je lui ai fait part de la proposition de monsieur DPE quant à l’achat d’un camping-car pour remédier à mes problèmes de transports et d’hébergement. En revanche, concernant cette hypothèse, mes fils trouvent l’idée sympa et sont partants pour l’aventure, nous sommes donc en cours de négociation.

Lors du mouvement intra académique 2009 je n’ai malheureusement pas obtenu les 1595 points qui me permettraient de me rapprocher de Perpignan, mais comme il est coutume de dire, les voyages forment la jeunesse !!! De plus, si mes calculs sont exacts, avec un peu de chance, je pourrai espérer avoir le collège de Bourg Madame dans 10 ans, il est vrai que les années passent vite, mes enfants seront certainement indépendants et qui sait si mon mari le grincheux sera toujours là.

En attendant ces aventures, une nouvelle année scolaire commence donc pour moi dans le département de l’Aude et je continue à voyager vers de nouveaux établissements, grâce à vous Madame, dans des coins splendides, Quillan, Limoux, Castelnaudary……..Je suis impatiente de découvrir Chalabre et Cuxac Cabardés deux merveilleux villages dont les collègues m’ont beaucoup parlé. Quelle belle région !!!!! Je suis toujours très enthousiaste et soucieuse de mener à bien la mission que vous m’avez confiée, je tiens à vous le préciser.

Cependant, malgré l’honneur que vous m’avez fait je ne peux m’empêcher de penser au désarroi de certain de mes collègues désireux d’aventures et de frissons. Je sais aussi combien sont envieux de ma situation, c’est pourquoi, dans un souci de justice et d’égalité, je suis au regret de vous annoncer que je renonce à mon poste de titulaire de zone de remplacement.

A cette décision difficile s’ajoutent les résultats de mon bilan médical qui m’informe qu’un ulcère et une petite dépression nerveuse commencent à pointer le bout de leur nez. Mais rassurez vous, mon médecin m’a assuré qu’après un séjour de 3 mois dans un établissement psychiatrique je serai vite sur pied et pourrai à nouveau enseigner.

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma requête, je vous confirme, Madame l’Education Nationale, mon profond attachement au service public d’éducation et m’excuse encore une fois de ne pas être à la hauteur de la tâche qui m’a été confiée.

PS : Je tiens à vous préciser que mon affectation dans n’importe quel établissement de la plaine du Roussillon, même le collège Pons (classé zone sensible), fera l’affaire.

Une TZR un peu déprimée mais qui tient le coup...


Navigation

Articles de la rubrique

  • Lettre ouverte d’un TZR à Mme l’Education Nationale

Agenda

<<

2018

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Météo

Ville(FRXX0025)

Conditions météo à 07h30
par weather.com®

Soleil voilé

1°C


Soleil voilé
  • Vent : 12 km/h - ouest
  • Pression : 993 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 23 février
par weather.com®

Soleil

Max 7°C
Min -2°C


Soleil
  • Vent : 22 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 24 février
par weather.com®

Très nuageux

Max 10°C
Min 2°C


Très nuageux
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 25 février
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 11°C
Min -2°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 22 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<< Prévisions


Brèves

PETITIONS EN COURS...

mardi 15 décembre 2009

Pétition "Retrait des textes sur l’évaluation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation"

Pour signer (et faire signer) la pétition en ligne :
http://retraitduprojetevaluation.net

Pour s’opposer à la réforme de l’évaluation et les pleins pouvoirs donnés au chef d’établissement !

Pétition "Non au livret de compétences"

La section académique du SNES-Montpellier appelle les collègues à se mobiliser et à agir collectivement pour ne pas le renseigner.

Nous vous proposons pour cela :

1) De signer massivement la pétition nationale en ligne : http://www.snes.edu/petitions/index...

2) De construire dans votre établissement un rapport de force et une large mobilisation pour organiser collectivement ce refus. Vous pouvez, par exemple, vous aider de la lettre-pétition ci jointe (inspirée de la pétition nationale) à adapter et à remettre à votre Principal.

Pétition "réforme du lycée"

L’intersyndicale du second degré et des associations de spécialistes lancent une pétition demandant au ministre de renoncer à son projet et de reprendre les discussions sur d’autres bases.

Cette pétition est en ligne à l’adresse suivante :

http://www.pascettereformedeslycees.org/